COMPARATEUR
suivre consos linky
À Lire

Comment choisir le mode de chauffage le plus économique ?

Par Deconseil - Comparateur d'électricité

 

Économies d’énergie : quel mode de chauffage choisir ?

Premier poste de dépense énergétique, le chauffage représente pourtant un coût incompressible dans le budget des ménages (67% selon l’ADEME). Au bois, au fioul, au gaz, au pétrole, à l’électricité, les modes de chauffage sont nombreux mais tous ne sont pas adaptés aux spécificités de votre logement, d’autant plus si son isolation laisse à désirer et entraîne d’importantes déperditions de chaleur. Tour d’horizon des différents types de chauffage pour vous aider à réduire vos factures et réaliser des économies d’énergie.

Ne perdez plus d'argent. Payez ce que vous consommez.

Economisez jusqu'à 250€/AN en trouvant le fournisseur d'électricité qui correspond le mieux à votre consommation quotidienne. 💸

En savoir plus

 

Les critères pour choisir son mode de chauffage ?


SI chaque mode chauffage possède des caractéristiques qui lui sont propres, d’autres facteurs entrent en ligne de compte au moment de faire son choix.



Les besoins en chauffage du logement :

Le mode de chauffage le plus adapté varie sensiblement en fonction de la surface du logement, du nombre de pièces ou encore de la disposition de ses pièces (avec ou sans étage notamment). La configuration de l’habitat déterminera notamment si le même mode de chauffage pourra être utilisé de façon diffuse dans l’ensemble du logement ou si l’utilisation de chauffages d’appoint sera nécessaire dans certaines pièces.

 


Le prix de l’énergie utilisée : 

Des disparités de prix importantes peuvent exister entre les différents modes de chauffage. Il faut notamment prendre en considération les hausses régulières qui interviennent au niveau du cours des matières premières qui vont impacter votre budget à terme (cas du gaz notamment qui augmente régulièrement de 2 ou 3% tous les ans). Le calcul du coût de l’énergie doit prendre en compte également le surcoût de l’installation et son amortissement à plus ou moins long terme. Un poêle à bois pourra coûter cher à l’achat mais sera rapidement amorti dans le temps.

 


Le stockage de la matière première : 

L’espace dont vous disposez pour stocker la matière première sera également déterminant dans votre choix. Le chauffage au fioul nécessite par exemple une place importante pour disposer la cuve à fioul. Le chauffage au bois requiert un espace extérieur assez grand pour stocker votre bois tout l’hiver et le maintenir au sec. L’électricité ou le gaz à l’inverse ne nécessitent pas de stockage.



Le rendement : 

Le rendement nécessaire sera fonction notamment de la situation géographique du logement (ensoleillement, humidité), du nombre de m² à chauffer, de l’épaisseur et des matériaux utilisés pour les murs ou encore de l’état de l’isolation du logement. Un logement plutôt ancien à la campagne avec des murs en grosses pierres et sans laine de verre nécessitera par exemple un mode de chauffage avec un rendement plus important qu’un logement neuf et bien isolé en centre-ville. 



Les types de chauffage les plus économiques 

Plusieurs types de chauffage existent pour réaliser d’importantes économies d’énergie en fonction de votre type d’habitat.



La chaudière ou poêle à bois : 

C’est le mode de chauffage le plus économique. Sous formes de bûches, de granulés ou de bois recompacté, le bois est en effet le combustible le moins onéreux sur le marché. Il permet généralement de diviser par 2 le coût de sa facture énergétique.

L’investissement en termes de matériel peut être assez onéreux au départ (autour de 18 000€ pour une chaudière) mais est très vite rentabilisé notamment du fait notamment de sa capacité à chauffer l’intégralité de l’habitation sans avoir recours à un chauffage d’appoint.

La chaudière à bois permet même dans certains cas de produire de l’eau chaude sanitaire à l’exemple des chaudières à condensation qui possèdent de très grandes performances de rendement avec un système de récupération des calories dans la vapeur.

Le poêle à bois ou le poêle à granulés constituent des alternatives moins coûteuses à l’achat avec un prix pouvant aller de 1 000 à 6 000€ et avec un coût moyen de 40€/MWh soit le moins élevé du marché.
Pour ne rien gâcher, le bois est un combustible très respectueux de l’environnement. Sa combustion est en effet considérée comme neutre en carbone dans le sens où il dégage la même quantité de carbone lorsqu’il est brûlé que lors de sa décomposition naturelle. 



La pompe à chaleur : 

Utilisant divers dispositifs (pompe à chaleur air/eau, pompe à chaleur air/air, pompe à chaleur réversible, géothermie), elle permet de capter la chaleur provenant de l’extérieur au niveau de l’air ou du sol. Ces calories sont ensuite réutilisées pour chauffer l’eau des tuyaux présente dans les radiateurs. Le prix d’une pompe à chaleur air-eau et d’une pompe à chaleur air-air varie entre 8 000 et 12 500€ selon notamment la puissance nominale. Une pompe à chaleur géothermique permettant de restituer la chaleur du sol par un système de captage ou de forage se situera elle autour de 20 000€. Vous pouvez consulter ce guide des prix pompe à chaleur pour faire le meilleur choix en fonction de votre logement.

La PAC ouvre droit à des aides de l’Etat permettant d’alléger l’investissement de départ. 20 ans après son arrivée sur le marché, la pompe à chaleur se situe en très bonne place dans le classement des modes de chauffages les plus rentables avec une économie d’énergie estimée à environ 60%. Elle peut de plus présenter l’avantage de rafraîchir le logement en été dans le cas des PAC réversibles. 

La pompe à chaleur a un coefficient de performance élevé avec un rapport de 1 à 3 voire 4 (1kWh d’énergie consommée permet de restituer 3 ou 4 kWh d’énergie pour chauffer le logement).   



La chaudière gaz à condensation : 

Particulièrement adaptée en centre-ville et en appartement, elle est très performante et permet de chauffer rapidement et durablement les pièces du logement pour un confort optimal. 

Son avantage principal réside dans l’absence de stockage et dans sa simplicité d’utilisation, un simple raccordement au gaz de ville étant nécessaire pour chauffer l’espace.
Elle a en revanche pour inconvénient majeur la fluctuation de son cours qui dépend du prix des matières premières souvent revu à la hausse chaque année. 
Son coût varie entre 1 500 et 7 500€ pour les chaudières les plus récentes.

N’hésitez toutefois pas à opter pour une chaudière performante. Elle vous permettra de réaliser d’importantes économies dans la durée malgré les revalorisations de prix. Vous pouvez consulter cet article détaillé qui vous permettra de faire votre choix parmi les différentes chaudières au gaz du marché


Le radiateur électrique à inertie : 

Le radiateur électrique constitue souvent un chauffage d’appoint dans certaines pièces où la chaleur ne rentre pas. Il permet une consommation modérée à condition que les pièces concernées soient bien isolées. S

on faible coût à l’achat (1 000 à 3 500€) peut en faire une solution intéressante de prime abord dans certaines situations. Il ne sera toutefois pas recommandé pour chauffer de grandes surfaces ou un logement entier sur le moyen ou le long terme.

Le chauffage électrique est globalement assez énergivore en comparaison des autres modes de chauffage. Seul le radiateur à inertie avec un système de fluide (eau glycolée ou huile) permettra d’obtenir des performances correctes à un prix acceptable.



Les nouvelles énergies renouvelables pour faire des économies d’énergie :

Bien qu’elles n’en soient encore qu’à leurs balbutiements, les nouvelles énergies renouvelables peuvent s’avérer efficaces pour réaliser des économies d’énergie tout en préservant l’environnement.

C’est le cas notamment du chauffage solaire qui peut dans les régions les plus exposées permettre d’économiser jusqu’à 50% d’énergie. Il faudra toutefois se montrer patient pour rentabiliser cet investissement qui reste encore assez onéreux à l’achat (pouvant aller jusqu’à 20 000€).

Le retour sur investissement pourra en effet être obtenu après environ une dizaine d’années. Là encore, des aides de l’Etat pourront vous permettre de faire baisser sensiblement le coût de l’installation. 

Les chaudières biomasse (utilisant la combustion du bois et de sous-produits du bois) constituent également une excellente source d’énergie renouvelable permettant de réaliser d’importantes économies. C’est le cas notamment des chaudières à granulés ou à pellets.

Tags: Utilisation d'énergie